Poster un nouveau sujet   
Moldus naïfs, rêves brisés et farceuse pistée ▬ Aloha
Répondre au sujet
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t228-a-la-recherche-d-un-titre-original-et-unique-rose#2721 http://cut-the-rope.forumactif.org/t224-qui-a-dit-que-tous-les-w
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 yo

PROFESSION : étudiante à l'université magique de Londres

INFLUENCE : 19

ARRIVEE : 30/04/2015

HIBOUX : 720






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : sorcier de sang mêlé

Moldus naïfs, rêves brisés et farceuse pistée ▬ Aloha

Sam 2 Mai - 23:38


   
Titre de rp (pas trop trop long)
Pseudo & Pseudo

J’exigeais peu de choses de la part de mes copains. M’écouter réciter la liste de toutes les acromentules que j’avais eu l’immense privilège de rencontrer au cours de ma petite vie en faisait partie, bien sûr. Et ça, Doug n’avait pas l’air de bien le comprendre. Eh bien qu’il aille se faire cuire un œuf de dragon, lui et son prénom ridicule ! Il avait beau être plutôt canon – il était sacrément canon, oui ! – , il faisait parfois bien peu d’efforts et autant dire qu’il m’exaspérait au plus haut point à ne pas comprendre mes centres d’intérêt – qui étaient d’ailleurs, on ne peut plus normaux pour une sorcière, non ? Curieusement, et sans que je comprenne bien pourquoi, j’avais la curieuse impression que ce sentiment était réciproque. Mais ça, c’était une autre paire de manches. Les hommes étaient beaucoup trop compliqués pour que l’on prenne la peine d’essayer de les comprendre.

Après avoir quitté l’appartement de mon cher et tendre en claquant la porte - et en manquant de me manger sa voisine de palier qui avait justement choisi le bon moment pour rentrer chez elle -  je déboulai dans la rue telle une furie. La seule pensée que j’avais alors en tête était de déterminer comment j’allais bien pouvoir chasser cet idiot de ma tête. Marchant à grand pas dans les rues de Londres sans même réfléchir à l’endroit où j’allais, j’éliminai une à une les idées qui me venaient à l’esprit. « Non Rose, tu n’iras pas te saouler dans un bar telle une pauvre fille accro à son mec et beaucoup trop bornée pour ne pas voir qu’il y a d’autres gars autrement mieux que lui sur Terre ... » Parce que trouver mieux que Doug, croyez-moi, ça n’allait pas être bien complexe. Tout dans les cheveux, rien dans la tête. Je me demandai même comment j’avais pu supporter ce mollusque au cerveau d’insecte. Et puis de toute manière, il était à peine trois heures de l’après-midi. Trop tôt pour être bourrée.

Non, non, j’allais trouver quelque chose de bien plus drôle, j’en étais convaincue. Je m’arrêtai soudain, ouvrant les yeux à dix centimètres d’un très grand arbre, arbre que j'aurais probablement heurté de plein fouet si je ne m'étais pas stoppée à l'instant même. Comme quoi, mes pieds étaient peut-être bien la partie de mon corps qui me connaissait le mieux … J’étais à Hyde Park, repère des moldus en tout genre, surtout lorsque Londres nous offrait une éclaircie entre deux averses. Pour l’instant, le temps avait l’air de se maintenir, ce qui expliquait qu’il y avait là plus de jeunes gens que je n’aurais pu en compter. Prenant appui sur mon cher ami l’arbre, je plissai les yeux, à la recherche de ma victime.

Tout à coup, mon regard se posa sur une crinière rousse. Mal peignée, sa propriétaire avait des cheveux crépus visiblement impossibles à coiffer et une paire de lunettes rondes, du genre vraiment très rondes et qui fait bien penser à un certain balafré, vous voyez ?  Un sourire radieux – et un peu niais aussi – apparut alors sur mes lèvres. Par - Fait. Cette fille était le cobaye idéal.

Trottinant dans sa direction en essayant de me fondre dans la masse, je galopai vers elle puis, lorsque j’arrivai à sa hauteur, m’assis dans l’herbe à ses côtés avec la délicatesse d'un ours. « Belle journée, n’est-ce pas ? » Mon interlocutrice tourna lentement la tête dans ma direction, me signifiant bien par-là que je la dérangeai. Mon dieu, mais vu de près aussi, elle semblait être un parfait mix des trois héros de JKR – je vous laisse imaginer les dégâts – ! C’est alors que je remarquai qu’elle avait un livre entre les mains. Oh oh. Si j’étais tombée sur une amoureuse des mots, elle risquait de mal prendre ma petite intervention. « Mais dis-moi, qu’est-ce que tu lis là ? » Son expression changea alors du tout au tout. Voyant que je m’intéressais à ce qui semblait être son principal centre d’intérêt dans la vie, elle afficha un sourire enchanté et me plaça la couverture de son ouvrage bien en vue.

Inutile d’en préciser le titre, hein ? Cette fille se donnait tant de mal pour ressembler physiquement et vestimentairement parlant (elle portait la copie conforme de l’une des tenues d’Hermione dans le dernier film, cette folle !) à ses héros que je n’en avais pas eu besoin le moins du monde. Parfait, je ne m’étais donc pas trompée sur son compte. « C’est le premier. C’est la troisième fois que je le lis ce mois-ci, parce que c’est mon préféré !  » Bon bah j’étais tombée sur une gamine de treize ans fan du petit binoclard, ça peut arriver … bon allez, quinze, peut-être. « Ah ouais ? Et c’est quoi ton passage préféré ? » Sans une seule seconde de réflexion, elle me débita alors tout un flot de paroles inutiles fort intéressantes sur sa grande passion, que je ne pus m’empêcher de couper. « … surtout à la fin quand il récupère la pierre philosophale, waouh c’est vraiment … » « Tu veux sans doute parler du moment où ce cher Potter a trébuché sur les jambes de son pantalon trop long pour lui, s’est vautré par terre et s’est ouvert la joue en s’écrasant sur la fameuse pierre, c'est bien ça ? »

Son visage se décomposa en une seconde, passant du tendre émerveillement à une horrible, une cruelle incompréhension. Comme elle semblait trop désarçonnée pour répondre, je poursuivis. « Honnêtement, tu croyais quand même pas que ce foutu caillou pouvait vraiment se téléporter du miroir de Risèd – JKR et le verlan … - comme ça, pfiou, sans plus de cérémonie ? Nom d’un hibou, mais Harry a beau être un sorcier, à onze piges y a peu de chances qu’il ait pu faire des trucs de barge comme ça.  » Que de naïves créatures, ces moldus tout de même. Prêt à croire n’importe quoi sous prétexte qu’il y a de la magie là-dessous, alala.

« Enfin bref, question de point de vue, pas vrai ? » La rouquine avait l'air de ne pas s'en remettre. En même temps, si elle passait sa vie à lire et relire et rerelire les bouquins et en discuter à ses amis tous aussi accros, elle ne devait pas vraiment avoir l'habitude d'entendre un tel discours. Intérieurement, j'étais aux anges. Non pas de causer de la peine à quelqu'un, mais de lui apprendre une nouvelle, en quelque sorte, de lui ouvrir les yeux. Et ça n'était pas fini.

Je m'allongeai alors dans l'herbe, lui accordant quelques instants de répit pour qu'elle reprenne ses esprits, puis me redressai d'un bond et tournai vivement la tête. « Tu sais que les sorciers existent ? Pour de vrai de vrai ? » Déglutissant avec difficulté, elle me lança un regard morne. « Si tu veux parler de toutes ces rumeurs sur eux, je n'en crois pas un mot, à vrai dire. » « Ah bon ? Y a pourtant eu une déclaration officielle, nan ? Peut-être que tu l'as loupée ... » Ses lèvres s'étirèrent alors en un petit sourire triste. « Non non, malheureusement. Mais je ne peux pas me résoudre à croire que ... que tous mes rêves reposent sur des mensonges et ... » STOPPEZ TOUT. Elle allait quand même pas se mettre à chialer, là, nan ?

Devant agir dans l'urgence, je me saisis de son bouquin et lui frappai le crâne avec avant de pointer un doigt accusateur dans sa direction. « Ne me refais jamais un coup pareil, Samantha - ou Barbara, ou peu importe ton nom -, tu peux pas te laisser abattre comme ça. Les sorciers ne sont peut-être pas aussi géniaux que tu les imaginais mais ils restent des sorciers. Et des sorciers sacrément cools, pour certains. » Je lui lançai un regard du genre « You know what I mean » puis rejetai mes cheveux en arrière en mode Garnier - oui oui, je regardais la télé moldue à mes heures perdues ... - avant de prendre la pose.

« Et comme j'ai pas envie de gérer une crise de larmes, je vais te révéler un secret exclusif, à toi Alexandra ma nouvelle pote. T'es prête ? »  Je haussai un sourcil en quête d'un acquiescement. Elle fit un petit signe de tête, comme s'attendant au pire. « Je suis moi même un personnage des livres, et ouais ! Et comme t'es une nana vachement maligne, je suis sûre que tu vas trouver qui je suis. » J'avais l'impression de jouer à Où est Charlie avec une parfaite inconnue qui risquait de me prendre pour une barge si ça continuait, mais je m'amusais comme une petite folle et n'avais aucune envie de m'arrêter en si bon chemin, oh que non !

[ Je changerai sans doute la photo de présentation, désolée j'avais que ça sous la main. ._. J'espère que ce que j'ai écrit te convient, je ne savait pas très bien où m'arrêter dans le dialogue.  Si tu veux que je bouge quelque chose, que je rajoute deux trois trucs comme annoncer l'arrivée d'Aloha par ex, ma boîte à mp t'est ouverte. Ah oui et je me suis un peu emballée aussi, désolée, soudaine inspiration nocturne    ]

   
Codage par Emi Burton


"i think my heart is better"
uc. ♛ by endlesslove.


Dernière édition par Rose O. Weasley le Mer 27 Mai - 10:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t188-can-i-borrow-a-kiss-i-promise-i-ll-give-it-back-aloha http://cut-the-rope.forumactif.org/t181-life-is-short-smile-whil
REFRACTAIRE
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt ans

PROFESSION : formation en tant que socio-esthéticienne.

INFLUENCE : 14

ARRIVEE : 25/04/2015

HIBOUX : 185






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : moldu

Re: Moldus naïfs, rêves brisés et farceuse pistée ▬ Aloha

Ven 15 Mai - 0:58
Marry me ?
A. Yes
B. A
C. B
This is a quote I found on the internet. Δ Someone intellectual.

Cela faisait très exactement quatre mois, trois jours et cinq heures que je n'avais pas mangé de chocolat. Pas même touché, ni regardé. (sauf cette fois-là, vous savez où cette, hum, "forte" petite fille se goinfrait de ce pêché mignon. paix à son âme) Si fière de moi-même, j'avais passé la soirée à fêter ce nouvel horizon d'indépendance, en compagnie de quelques amis dont les noms m'échappaient encore. Si mes souvenirs étaient exacts, je dirais que l'un s'appelait Paul et l'autre John. Des jumeaux, un régal, si vous voyez ce que je veux dire. (allez, ne faites pas vos saints !) D'autant qu'ils me faisaient étrangement penser au célèbre groupe britannique, j'ai nommé -roulement de tambours-, les Beatles ! Cette musique, une perle à jamais révolue à présent. Du moins, deux sont morts, le troisième se la joue star alors que techniquement, personne ne se souvient jamais de lui, quant au dernier, disons que la chirurgie aura eu raison de lui. Sans offense pour ce groupe mythique. Je n'avais ainsi pas dormir de la nuit. Parce que oui, une soirée se perpétuait selon mon bon sens jusqu'à l'aube. Et après l'aube s'ensuivait une période de sevrage intensif.  Alors, oui, je n'étais plus addictive au chocolat, mais je sombrais pourtant dans l'alcool. Bien qu'incontestablement, le chocolat possède une emprise bien pire sur mon être. Autant opter pour l'alcool, quitte à choisir. Cette mignonne petite fête s'acheva ainsi pour moi sur un banc, au centre de Londres. Affalé, complètement anéanti, les passants ne cessaient de me regarder comme le dernier produit apple mise en vente. Quoi que, j'étais définitivement plus attractive.
Me relevant après une bonne heure à ronchonner, ronfler, baver, je remis mes cheveux en état. En d'autre termes, je les attachais au chignon-fourre-tout, histoire que mes nœuds passent crèmes dans l'esprit sauvage de cette coupe. Chevrotante, mais bien vivante, je jetais un rapide coup d’œil à mes vêtements. Tout était en ordre, dieu soit loué ! Aucune tâche, ni trace de vomie visible à ce jour. Je m'en étais sortie indemne. Tiens, faites moi penser de célébrer cet exploit un de ces quatre ! Sincèrement, en ce même instant, je ne savais pas quoi faire, ni où aller.  Je ne savais pas même où j'étais. Par ailleurs, je ne le savais jamais. Oui, oui, je suis une femme, alors clairement l'orientation, ce n'est pas mon fort. Et je n'ai définitivement pas les moyens de m'acheter un GPS, quant bien même je trouve la voix de l'homme particulièrement sexy. Un mélange de virilité et d'intellectualité.  Mes pas me portant au pays des rêves, je tentais d'éviter de chevroter, mais ce fut plus fort que moi. Dès que j'entrevus cette belle étendue de verdure dans ce que je reconnus être le Hyde Park, je m’effondrais dessus en un soupir retentissant. J'étais fin prête à dormir. Je ne demandais que cet instant où mes yeux se fermeraient alors, me permettant de rejoindre l'antre des songes.
Alors que je commenças à compter les licornes sauvages apparaissant en mon esprit agité, j'entendis alors les brides d'une conversation. Une sorcière parlant à une moldue. Une moldue semblant particulièrement passionnée par Harry Petter et ses extraordinaires aventures relevant du plus haut fake jamais surpassée. Sans compter, JB, il n'y a pas photo, il est un fake à lui tout seul.
Entre compter les licornes et satisfaire ma curiosité, le choix était vite fait. Me relevant lentement, je décidas d'écouter la conversation de A à Z. Oui, je suis très malpolie, j'écoute les conversations, et alors ? Il y a bien quelques sorciers qui se permettent de nous ensorceler, nous charmer, nous contrôler, nous pousser à danser la macarena nue devant  la Reine d'Angleterre. Je suis donc bien dans le droit de laisser mon oreille traîner. Et à ce que j'entends, la sorcière prend un malsain plaisir à briser les rêves de la pauvre jeune fille perdue dans ses larmes. Je suis à deux doigts de rire de la situation. J'aime d'or et déjà cette sorcière. D'autant plus lorsqu'elle précise à la fille qu'elle fait parte des personnages des livres. J'hésite longuement, qui pourrait-elle bien être ? Pas que je connaisse les personnages, ils ont tous finis par nettoyer la raie de mes jolies fesses quad le papier toilette manquait. Ne me regardez pas comme ça, on a tous connu ce genre de crise existentielle, non ?
A la vue de sa jeunesse, elle doit certainement appartenir à la génération des attardés après Harry Petter et sa clic de surdoués. Je dirais même qu'elle est une Weasley, à en juger par son visage, la fausse rousseur de ses cheveux qui ressort tout de même, tout en elle respire le Weasley pur et dur.  
Je suis prête à intervenir. Me dirigeant vers les deux filles, je m’immisce délicatement dans la situation en cours de processus.
" Comme Samantha-Barbara a l'air de donner carte blanche, je me propose pour répondre. Je dirais que tu es le fils travesti de tonton Ron, j'ai raison ? "
D'accord, j'y allais peut-être un peu fort. Mais, j'étais certaine que si la pauvre SB apprenait que le fils de Ron était un travesti, ses rêves s'effondreraient davantage encore et elle serait forcé de regarder la vérité en face, comme dans les films, the face to face, avec le p'tit accent américain pour diviniser le tout.
Esquissant mon sourire carnassier, je ressemblais plus ou moins à une détraquée avec mes cheveux-épouvantails, mes habits de clochardes, et mon visage probablement cerné par la fatigue d'une longue soirée. Enfin, peu importait, mon charme résistait à toutes les épreuves, pourquoi pas celle-ci ?  
© GASMASK


yolo  rosie:
 




« look, an unicorn ! »
Friends are like potatos. When you eat them, they die. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
 

Moldus naïfs, rêves brisés et farceuse pistée ▬ Aloha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Moldus naïfs, rêves brisés et farceuse pistée ▬ Aloha
» Est-ce que je suis la seule à foirer mes pâtes brisées???
» Que faire d'une pâte brisé sans four ?
» Cristal brisé
» recette de la pate brisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES :: La ville moldue :: Hyde Park
-