Poster un nouveau sujet   
link × i'm no hero, newer was, never will be
Répondre au sujet
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t316-link-x-i-m-no-hero-newer
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans

PROFESSION : policier

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 19/05/2015

HIBOUX : 16






link × i'm no hero, newer was, never will be

Mar 19 Mai - 23:37
Link Aldric Ward
i can't save you, i can't even save myself

Sorcier Anonyme
Brett Dalton
personnage inventé   personnage prédéfini scénario (nom du joueur)

Nom - Il fut un temps ou je portais le nom de McCartney. Oui, oui, comme Paul. Je n'ai jamais été lié à lui d'une quelconque façon par contre. Mais c'était le nom de mes parents adoptifs. Puis, lorsqu'à mes dix ans ils sont décédés, j'ai retrouvé ma famille biologique et je porte finalement leur nom, Ward.
Prénom(s) - À bas les stéréotypes qui veulent que ce soit mon père qui, d'après le personnage des jeux vidéos Zelda, ait décidé de me prénommer Link. Non, c'était plutôt ma mère, une vraie nerd, mordue de comics, de jeux vidéos et fan de pizza qui a opté pour ce nom.  Elle espérait sans doute qu'avec un tel nom, son fils soit droit, fasse reigner la justice et sauve les demoiselles en détresse. Elle n'avait pas vraiment tord. Mon père, quand à lui, était plutôt fort sur la signification des prénoms. Il a opté pour Aldric, un prénom qui est composé du mot "ald" qui signifie vieux et "ric" qui signifie pouvoir. Il m'a déjà avoué qu'il aurait aimé me voir occuper un poste de haute direction chez les sorciers ou du moins, un poste de prestige. Un truc important, qui ferait en sorte qu'on se souvienne de moi. Disons que nous n'avons jamais eu les même ambitions.  Il voulait que je fasse le mal, je ne veux que faire le bien. Ça explique sans doute pourquoi je suis plus proche de ma mère que de mon père.
Âge - vingt-huit ans
Date & lieu de naissance - 30.01.87, Londres, Royaume-Unis.
Condition - sorcier de sang-mêlé
Particularité - lycanthrope
Classe sociale - J'pourrais vous dire que je suis riche parce que c'est vrai. Malgré que j'ai vingt-huit ans, mon père soutient toujours qu'il m'aidera si je rencontre une quelconque difficulté. J'ai pourtant mon propre boulot et il paie bien. Je me considère cependant comme étant de classe moyenne parce que je ne vis pas dans la luxure.  
Sexualité - hétérosexuel
Statut - célibataire, la seule relation que j'ai connue était avec une fille qui prétendait être moldue, mais qui était en fait sorcière. Je l'ai plaquée quand je l'ai vue user de sa magie pour faire le mal. Si elle croyait que j'allais accepter ça, elle s'est mis le doigt dans l'oeil.
Emploi ou études - policier. non, il n'est pas membre de la police magique ou quelque chose du genre. Il traine avec des moldus. Oui, oui. Il sort prendre une bière avec ses collègues de temps à autre et vit très bien avec sa situation. Après tout, il déteste sa condition et tout ce qui lui permet d'être le plus normal possible est le bienvenue.
Dirty little secrets
Chaque dimanche matin, Link suit un cours de yoga. Ça l'aide à rester détendu et relax après une semaine au boulot. Et puis, voir des filles en tops de sport et en pantalons moulant, c'est plutôt une belle vision en début de journée. × Il est allergique aux bananes. × Il fait du dessin à ses heures et espère un jour pouvoir faire des portraits-robots pour la police, c'est en fait son grand rêve. × Il n'a plus de contact avec son père depuis l'incident. × Il est un grand amateur de nature, ce qui explique sans doute pourquoi il se réfugie dans une forêt lorsqu'il se transforme. × Il écoute beaucoup de musique punk. S'il est de nature passive, ne vous y méprenez pas. Lorsqu'il écoute de la musique qui gueule et qu'il fait la gueule, c'est qu'il est dans une mauvaise passe et il faut mieux ne pas l'approcher. Ceci était un message d'intérêt public. × Il a déjà fait du crowdurfing à un concert et s'est cassé deux côtes lorsque les gens l'ont échappés. Il faut dire qu'être tombé sur les côtes sur de l'asphalte, ce n'est pas ce qu'il y a de plus doux et confortable. × Après avoir vu un ami faire une overdose, il est contre tout ce qui est drogue. S'il vous prend avec un joint ou des pilules, il aura sans doute une petite discussion avec vous avant de vous les faire jeter dans les toilettes et ne partira pas avant qu'elles ne soient disparues. × Il a un trouble d'attachement. En fait, il a peur que les gens à qui il s'attache le quittent. Du coup, il préfère ne pas s'attacher à personne, bien qu'il y ait des exceptions. Du coup, s'il vous appelle "ami", comptez-vous choyé. Il n'a que des connaissances. × Il lui arrive de pleurer devant des comédies romantiques et n'est pas un grand fan de films d'action. Rapide et Dangereux? Il trouve ça stupide. × Il est terrible pour répondre à des textos ou par tout autre moyen qui n'est pas de communication directe. Il pense souvent avoir répondu à ses messages alors qu'il ne l'a pas fait et le réalise en moyenne trois jours plus tard. Alors appelez-le si vous avez besoin de lui ou discutez avec lui face-à-face. × Il est, et ce depuis ses seize ans, un fan du groupe Bring Me The Horizon et ne manque pas un concert lorsqu'ils sont en ville. × Il peut atteindre quelqu'un à 800 mètres de distance directement dans le coeur. × Il n'a tué qu'une seul fois et c'était en légitime défense dans le cadre de ses fonctions. Il en fait encore des cuachemars.


London & me, the story
Le London Eye est sans doute une des attractions les plus visitées à Londres. Qu'a-t-elle de spécial? Après tout, c'est une grande roue tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Si c'est ce que vous pensez, vous n'y êtes sans doute jamais monté. Link lui, en grand romantique qu'il est, a embrassé une fille pour la première fois au sommet de cette roue. Le moment était magique. Le vent s'était levé, la fille en question s'était blottie contre lui. Du haut de la roue, on pouvait voir la ville entière. La vue était à coupée le souffle. Link a posé son regard sur la brunette à ses côtés et un sourire s'est dessiné sur leurs deux visages. Ils étaient biens, ils étaient heureux. Puis, ils se sont rapprochés l'un de l'autre, réduisant à néan l'espace entre leurs lèvres, laissant naitre un doux baiser. C'était digne des plus grands films à l'eau de rose. Si seulement vous saviez, Londres regorges d'endroits romantiques et magnifiques, des incontournables comme le Big Ben, le Tower Bridge, le Hyde Park. Ce sont tous des lieux qui, aux yeux de Link, doivent être vu et visités par chaque être humain au moins une fois. Il ne faudrait pas oublier non plus le Buckingham Palace. Comment est-il possible de poser pied à Londres sans y faire un tour? Vous l'aurez sans doute compris maintenant, entre Link et Londres, c'est une histoire d'amour et pour rien au monde il ne quitterait sa ville natale.

The deatheaters, the wizzggles... What ?
Sorcier. Qui aurait pu croire qu'un jour, Link apprendrait qu'il a des quelconques pouvoirs magiques? Qui aurait pu prédire que l'existence d'un monde, qui semblait à priori inventé de toute pièce par une mère célibataire qui peinait à faire vivre son enfant, était en fait bien réel? Il fut un temps ou Link appréciait le fait de savoir qu'il était sorcier. En fait, il se décrivait plutôt comme magicien. Son père lui avait appris quelques trucs sans défense, rien qui ne puisse blesser personne. Et puis, il faut le dire, James adorait entendre son fils décrire à quel point tous les enfants l'aimait. C'était rassurant. Il se disait, à cette époque, qu'il suivrait peut-être ses traces, que ses désirs les plus profonds de voir son fils grimper dans la hiérarchie sorcière se réaliseraient sans doute. Puis, il y a eu ce jour ou Link a vu son père tuer quelqu'un à coup de baguette magique. Enfin, la baguette en tant que telle n'était pas l'arme. Il n'a pas asséné de coups de baguette droit au coeur de son opposant. Il lui a plutôt jeté un sort. Terrifié, le jeune Link s'était sauvé. On l'avait cherché pendant trente-six heures avant de le retrouver seul, assis sur un banc de parc. Il ne pouvait pas supporter le fait que la magie pouvait également tuer. Il pensait que la majorité des sorciers l'utilisaient pour faire le bien. Qui aurait l'esprit assez tordu pour en venir à commettre des actes aussi terribles grâce à leurs pouvoirs? C'est à ce moment que Link a décidé qu'il n'utiliserait ses pouvoirs que pour faire le bien et dans des circonstances bien particulières. Il fallait qu'il n'y ait aucun témoin dans les parages et que la vie de quelqu'un soit grandement menacée, qu'une personne soit dans un état grave. Et même encore... Il n'utilise que très peu ses pouvoirs et préfère de loin vivre comme si la magie n'existait pas... Enfin, c'est plus facile à dire qu'à faire quand, à chaque pleine lune on se transforme en loup. Mais il fait ce qu'il peut et mène une existence aussi normale que possible, se cachant au Burnham Beeches dès qu'il sait qu'il va se transformer.




20 décembre 1986

James, tu ne comprends pas. Je ne peux pas donner naissance à un sorcier. Ma famille… Ils… Je… Les doigts de la femme se refermèrent autour du petit bâtonnet en plastique qu’elle tenait dans ses mains. Elle n’avait pas levé les yeux et fixait les deux petites barres qui s’étaient affichées depuis au moins cinq minutes. Elle était enceinte. Un petit être grandissant dans son ventre. Instinctivement, elle y posa la main, comme si elle pouvait le sentir bouger, et un triste sourire se dessina sur ses lèvres. Un petit être qui, comme son père, aurait sans doute des pouvoirs magiques. Il aurait la capacité de jeter des sorts, de transformer des objets en d’autres trucs, d’autres folies. C’était un secret bien gardé; de toute façon, qui aurait bien voulu y croire? Les sorciers n’existaient que dans les livres, après tout. On aurait sans doute dit de James qu’il était fou, on l’aurait fait interné peut-être. Pourtant, lorsqu’il avait déclaré à Grace, en la regardant droit dans les yeux, qu’il était un être magique, que les légendes qu'elle avait entendu sur les sorcières, Salem, tout ça, ce n'étaient pas des mensonges. Elle l’avait cru sa même y réfléchir une seconde. C’était fou, c’était irréel, insensé, mais elle croyait en lui et en ce qui lui disait. Elle pouvait lire dans ses yeux qu’il lui disait la vérité. Elle le connaissait mieux que quiconque et pouvait lire en lui comme un livre ouvert. Et puis, une fois installés dans leur appartement, il lui avait fait une démonstration de ses talents pour la convaincre. Pas besoin d’en dire plus. Elle était tombée amoureuse d’un sorcier. Cette simple réalisation la fit rire. Était-ce un rire nerveux ou de bonheur, d’émerveillement, nul ne saurait le dire, mais pas un jour elle ne regretta d’avoir accepté de le revoir et ce, même s’il avait échappé la sauce soya, dans laquelle il trempait ses sushi, sur sa belle robe rouge. Et dire que dans moins de neuf mois, ils allaient ajouter un membre à leur famille. C’était inespéré. Inattendu. Elle n’était pas prête. Elle n’en voulait pas. Et pourtant tu en as épousé un. Déclara-t-il, tentant de lui faire comprendre que tout irait bien. Il avait foie en eux, foie en leur couple et croyait qu’ils pourraient gérer le moment venu. Déjà six ans qu’ils vivaient ensemble. Un sorcier et une moldue. Jusqu’à ce jour, aucune catastrophe notable n’avait chamboulé leur quotidien. C’était bien un bon début ça, pas vrai? Je ne suis pas prête à être mère. Je ne veux pas l’être. Il fronça les sourcils. C’était deux raisons complètement différentes qu’elle venait de lui donner. Tu n’es pas prête ou tu ne veux pas l’être? Parce que les deux impliquent un futur différent pour nous. Veux-tu qu’un jour nous en aillions ou tu n’en veux pas du tout. La main de Grace tomba sur ses cuisses et elle soupira, prenant un moment pour réfléchir. Je ne suis pas prête à être mère, pas maintenant. Je ne veux pas que mon enfant grandisse dans un monde ou il aura à se cacher, à mentir à tout ceux qu’il connait. Et les larmes coulèrent sur ses joues. Inconsolable. Fichues hormones. Et dire qu’elle en avait pour neuf mois.

19 septembre 1987

Elle a pleuré, bon dieu qu’elle a pleuré suite à l’accouchement. On aurait sans doute pu abreuver un village africain en entier avec ses larmes. Elle venait de donner son bébé à une autre. Comment pourrait-elle ne pas se sentir coupable? Ce petit être qu’elle avait porté pendant neuf mois allait désormais grandir dans une autre famille. Une famille normale. Elle n’aura même pas pu le prendre dans ses bras, le toucher, pas même un tout petit instant. Elle ne saurait même pas vous dire à quoi il ressemblait.  Tu crois qu’on aurait du le garder? Tu crois que j’ai pris la bonne décision? Les sanglots de Grace s’étaient finalement apaisés et elle arrivait enfin à parler. Trois jours qu’elle était à peine sortie du lit, qu’elle avait à peine manger. S’en était au point ou James avait peur de quitter la maison parce qu’il avait l’impression que sa femme sombrait tranquillement dans la dépression, qu’un soir il la retrouverait inanimée. Cette simple pensée lui donnait froid dans le dos. Aujourd’hui n’y faisait pas exception. Il avait, comme à son habitude, posé un baiser sur la joue de sa femme, lui avait souhaité une bonne journée et lui avait également fait promettre qu’elle sortirait au moins de leur chambre avant de quitter la maison familiale… si on pouvait l’appeler ainsi malgré que la famille qu’ils étaient sensé former à présent ne faisait plus parti des plans. Et après sa journée au travail, aussi longue et épuisante que les autres, il était rentré à la maison. À son plus grand bonheur, il avait trouvé Grace assise sur le divan, dans le salon, et elle regardait la télévisoin. Peu à peu, elle reprenait gout à la vie. Et c’est lorsqu’il est venu s’asseoir à ses côtés qu’elle lui a posé la question. Tu ne te sentais pas prête à l’élever cet enfant, tu n’as pas pris la mauvaise décision. Je suis certain qu’une bonne famille s’occupera de lui. Il vivra avec des gens normaux. Il ne put réfreiner cette pensée. Parce qu’il n’était pas normal. James n’était pas un homme normal. Et son fils ou sa fille ne l’était pas non plus. Mais ils pouvaient bien espérer qu’il ne découvre jamais l’existence de la magie. S’il vivait parmi les moldus, il pourrait sans doute mener une vie normale, loin de l’univers magique. Tu en es certain? Et les larmes recommencèrent de plus belle. Leur enfant ne saurait jamais qui étaient ses vrais parents. Était-ce bien finalement d’échanger un mensonge pour un autre? Résigné, James alla chercher sa baguette, bien qu’il s’était promis de l’utiliser le moins souvent possible et, à distance, il lança un sort à sa femme afin qu’elle oublie que son mari était un sorcier et qu’elle oublie qu’ils auraient du avoir un enfant. D’un point de vue extérieur, ça semblait sans doute ignoble comme geste, mais ils ne pouvaient pas continuer ainsi. Elle ne pouvait pas éternellement se morfondre sur son sort. Et puis, de cette façon, ils pourraient avoir un enfant sans que Grace ne sache qu’il allait être sorcier. En théorie, c’était une idée fantastique. Il ne restait qu’à voir ce qui en était de la pratique.

08 avril 1996

Link, allez. Viens jouer avec nous. La fillette de huit ans lui avait pris la main tandis que le petit garçon de six ans tirait sur son t-shirt. En d’autres temps, il n’aurait pas hésiter à les rejoindre. En trente secondes, ils auraient sans doute inventé un monde imaginaire ou princesses, chevaliers, dragons et autres créatures se côtoyaient. Ou peut-être auraient-ils recréer un univers de Disney à la Mulan, un truc du genre? Pourtant, maintenant que Link se tenait devant ses parents, les bras croisés, il ne voulait plus bouger. Du moins, pas avant qu’on lui ait donné une réponse. Pourquoi j’suis pas comme vous? Les enfants avaient commencé, en ce début d’année scolaire, à lui faire remarquer qu’il n’était pas comme ses frères et sœurs. Enfin, il le savait déjà, il voyait sa réflexion dans le miroir chaque matin. Il savait que sa peau était un peu plus foncée que la leur, que ses sourcils étaient plus fournis, qu’il était déjà plus grand que les autres. Puis, la révélation est tombée. Adopté. C’est un tout petit mot, mais il peut changer une vie. En tout cas, il a changé celle de Link. Ne croyez pas qu’il était naif au point de ne pas remarquer qu’il était différent de ses frères et sœurs, mais d’en entendre la confirmation, d’entendre ce mot sortir de la bouche de ceux que vous avez toujours considéré comme étant vos parents, ça faisait un choc. Alors, c’est qui ma vraie maman? Il ne fallait pas être un géni pour remarquer que ses frères et sœurs étaient tous blonds ou avaient les cheveux pâles et que ses cheveux à lui étaient bruns foncés. C’était d’ailleurs le sujet de conversation de plusieurs jeunes à l’école. Il en avait plus qu’assez qu’on invente toute sorte d’histoire à son sujet, qu’on dise qu’il était un alien, qu’on rie de lui. Il voulait une explication et il l’avait obtenue. Il avait fixé sa mère pendant trente bonnes secondes avant de repartir de plus belle avec ses questions. Et mon papa, c’est qui? Vous les connaissez? Pendant ce temps, les autres enfants de la fratrie étaient parti jouer tous seuls parce qu’il en avaient marre d’attendre. Vous croyez que je pourrais les voir un jour? Est-ce qu’ils m’ont abandonnés parce qu’ils ne m’aimaient pas? Cette phrase était sortie beaucoup moins forte que les autres parce qu’elle le blessait plus que les autres. Elle faisait mal, comme si on allait lui arracher le cœur. Sa vraie maman et son vrai papa ne l’aimaient pas et ils l’avaient abandonné. Et vlan! Dans les dents. Évidemment, monsieur et madame McCartney avaient tenté de le rassurer, lui expliquer que l’amour n’avait probablement rien à voir, que c’était peut-être simplement le mauvais moment pour eux. Ils tentèrent de lui expliquer que peut-être ils n’avaient pas assez d’argent pour l’élever, que son arrivée n’était peut-être pas prévue. Qui aurait pu croire qu’ils auraient ce genre de discussion avec un gamin d’à peine dix ans. Enfin, après une heure d’interminables questions et explications, la curiosité de Link fut enfin satisfaite. Je vous aime quand même, même si vous n’êtes pas mes vrai parents. Tu es quand même maman. Lâcha-t-il à sa mère adoptive avant de la prendre dans ses bras. Et toi tu restes mon papa. Puis il se tourna vers son paternel et enroula ses bras autour de sa taille avant d’aller rejoindre les deux plus jeunes.

26 décembre 1997

Link? La voix de la secrétaire résonna dans la classe et les élèves s’étaient tous tu. Il avait levé les yeux en entendant son nom puis, lorsqu’on le lui avait demandé, il avait rapassé tous ses effets personnels. Sous le regard interrogateur de ses camarades de classe, il avait quitté le local et avait suivi la femme jusqu’à son bureau, là ou attendaient son oncle et sa tante adoptive. Sans même avoir dit un mot, ils se ruèrent sur Link et le prirent dans leurs bras. Il ne comprenait pas trop, mais n’était pas contre cet élan d’amour. Parce qu’il fut un temps ou Link pouvait supporter d’être cajolé, touché de la sorte. Enfin, c’était, disons, le début de la fin. Qu’est-ce qui se passe? Demanda-t-il après que sa tante l’ait libéré de son étreinte. On va en discuter à la maison, daccord? Il n’a jamais été du genre à discuter les ordres, c’est sans doute pour ça qu’il acquiesca et se contenta de les suivre. Son frère et sa sœur étaient là aussi. Et c’est une fois arrivé à la maison qu’ils ont annoncés la nouvelle. Leurs parents étaient décédés. Déjà, c’était difficile à accepter. Il a en plus fallu qu’on lui trouve une famille d’accueil parce que son oncle et sa tante, malgré tout l’amour qu’ils éprouvaient pour lui, ne pouvaient pas s’occuper de trois autres enfants en plus de leur fille. Link entrant bientôt dans l’adolescence mangerait surement pour deux. Ils ne pouvaient pas gérer ça. Et puis, ils ne l’avaient pas dit, ils n’osaient pas, mais il savait qu’ils préfèreraient garder des enfants qui étaient liés à eux par le sang. Personne ne pourrait le leur enlever. Et c’est donc ainsi que, quelques semaines avant Noël, il se retrouva dans un orphelina. Génial. Pourtant, si des enfants y passaient des années, Link lui n’y passa que quelques semaines avant qu’on lui fasse le plus beau cadeau de Noël imaginable. Un homme et une femme, mariés présumément si on se fit aux alliances qu’ils portaient tous deux à leurs doigts, vinrent à l’orphelinat. Ils étaient déjà venus en fait. C’était la seconde fois que Link les voyait. Sans doute étaient-ils même venu auparavant. Enfin, ils étaient donc là, à regarder les enfants. Si la majorité les regardaient comme des morceaux de viande afin de choisir le plus beau, eux semblaient vraiment intéressés à adopter un enfant, un être humain avec des sentiments. Certes, il y avait des enfants beaucoup plus jeunes que lui, des bambins et la majorité du temps, c’était eux qui se faisaient adopté, mais lorsqu’ils ont posés les yeux sur Link, que la travailleuse sociale leur a parlé du gamin, ils ont souris. Bonjour. La voix avait une voix douce, comme celle d'un ange. Elle devait surement être douée pour chanter des berceuses, pensa-t-il. Tu t’appelles Link, c’est ça? Timidement, il hocha la tête. Moi c’est Grace et lui – dit-elle en pointant son mari – c’est James. Ils étaient beaux. Ils semblaient très amoureux, attentionnés, heureux, comme ses anciens parents. Cette simple pensée le fit sourire. Vous allez être mes nouveaux parents? Grace regarda James pour approbation avant de lever les yeux vers la travailleuse sociale qui semblait encourager les parents à adopter cet enfant. Si tu veux bien de nous?  Et c’est ainsi que Link retrouva, sans savoir, sa famille biologique. Au final, il se retrouva là ou il aurait toujours du être. C'était sans doute le plus beau cadeau que chacun aurait pu faire à l'autre. Link avait à nouveau des parents et Grace et James avaient finalement leur famille.

30 janvier 2000

Attends. Tu veux me dire que cet enfant est notre enfant? Comme aurais-je pu oublier que j’ai accouché? C’est impossible. Je ne te crois pas. James était assis sur le lit aux côtés de sa femme. Chérie, je sais que ça te semble impossible, mais tu as vu comme il nous ressemble? Et puis, c’est toi même qui a décidé qu’il s’appellerait Link parce que tu étais complètement amoureuse de ce jeu vidéo à l’époque et tu croyais que notre enfant aurait peut-être les même qualités que le héros de l’histoire. Elle fronça les sourcils et le regarda incertaine. Mais… alors si c’est vrai, parce que ce serait tout à fait mon genre de nommer mon enfant d’après un personnage de jeu vidéo, comment ais-je fais pour tout oublier? C’était une question qui méritait d’être posée autant qu’elle méritait une réponse. Je ne peux pas te le dire. Je sais que d’avoir des secrets peut détruire un mariage, mais il faut que tu me crois, il vaut mieux que tu ne saches pas. Il en va de ta sécurité. Je ne voudrais pas que Voldemort l’apprenne et se charge de ton cas. Mais ça, il ne pouvait pas lui dire non plus. De toute façon, qui croirait à l’existence de l’univers de Rowling? Certes, elle n’avait pas hésité à le croire, la première fois qu’il lui avait dit, mais réagirait-elle de la même façon maintenant? Il ne voulait pas et ne pouvait pas le risquer. Je ne comprends pas. James soupira fasse au flou et à la confusion qu’il venait de créer chez elle.  La vie ne pouvait pas être plus simple? Je t’expliquerai plus tard, en temps et lieu. Dit-il en se levant. Si on allait fêter notre garçon? Après tout, c’est son grand jour! Et le couple se dirigea vers le salon, là ou toute la famille était rassemblée. Ils passèrent les heures suivantes à discuter, manger – du gâteau parmi autres choses – et on passa finalement à la distribution de cadeaux. Le moment préféré de Link. De sa tante et son oncle paternel, il reçu une réplique du Nimbus 2000. La joie pour le jeune homme, lui qui était fan de l’univers d’Harry Potter… si seulement il savait. Du côté maternel, on lui a offert les bouqins d’Harry Potter qu’il lui manquait pour compléter sa collection. Comme la majorité des jeunes de son âge, il a plongé dans cette saga et pendant quelques années, c’était comme si sa vie ne tournait qu’autour de ça. Après tout, c’était la seule façon qu’il avait trouvé de s’évader, d’oublier son passé qui le hantait et le torturait. Enfin, une fois la famille partie, ce fut aux parents de Link de leur donner ses cadeaux. Sa mère lui offrit une chaine stéréo, en grand fan de musique qu’il était, sa radio ne suffisait plus. Et son père lui donna une baguette magique. Les yeux tous grands, Link regarda l’objet, un peu comme Gollum regardait l’anneau dans la saga de Tolkien. Wingardium Leviosa. Qu’il dit en pointant une tasse à l’aide de sa baguette. Quelle ne fut pas sa surprise de la voir s’élever dans les airs. Papa?! Demanda-t-il paniqué. Qu’est-ce qui se passe? Je… Sa mère se retourna et vit alors l’exploit réalisé par son fils. James? Il était le seul à détenir des explications valables. L’homme s’empara de la tasse qui flotait toujours et la posa à nouveau sur la table. Il faut que je vous parle. Et oui, ils avaient bien besoin de discuter. Quand je t’ai parlé tout à l’heure, Commença-t-il en regardant sa femme. je t’ai dis que je ne pouvais pas tout de dire. En fait, la vérité, c’est que je suis un sorcier. Après que tu aies donné naissance à Link, tu es tombée en dépression parce que l’avais donné en adoption. Tu savais, à l’époque, que j’étais sorcier et ça ne te posait aucun problème. Enfin… jusqu’au jour ou tu as appris être enceinte. Tu disais ne pas pouvoir élever un enfant sorcier. Et c’est à ce moment que James regarda son fils, espérant ne pas l’avoir blessé. Ce n’était rien contre toi, je te jures. Il prit son fils dans ses bras. Mais tu sais, la magie n’est pas acceptée. Il faut se cacher des autres, faire comme si nous étions normaux et ta mère ne voulait pas d’une vie de mensonge pour toi. Nous avons décidé qu’il valait mieux pour toi de vivre parmi les gens normaux, les moldus. Et ta mère a eu beaucoup de difficulté à s’en remettre. J’ai du… Il soupira. Il n’était pas fier de lui. J’ai du lui effacer la mémoire, effacer tout trace de ton existence dans sa vie et lui faire oublier que j’étais sorcier. Expliqua-t-il. Mais quand je t’ai vu à l’orphelinat, quand j’ai entendu ton nom, j’ai su que c’était toi. Si ta mère aurait voulu d’un autre enfant, j’aurais sans doute proposer qu’on en adopte deux. Je ne pouvais pas te laisser là, seul. Il était temps que tu reviennes à la maison. Et voilà, la vérité était maintenant dite. Grace regarda son mari avec les yeux ronds comme des balles de golf. J’ai épousé un sorcier? Décidément, elle n’en revenait toujours pas. Oui. Il ne put réfréner son rire et la pris elle aussi dans ses bras. Tu ne m’en veux pas? Elle secoua la tête avant de l’embrasser. Le plus important, c’est qu’on soit à nouveau réuni, pas vrai? Les deux adultes hochèrent la tête tandis que Link regardait sa baguette magique, toujours stupéfait de ce qu’il avait accompli quelques minutes plus tôt. Alors les sorts que j’ai lu dans les livres, ils sont vrais? Son père le regarda avec inquiétude. Oui. Mais tu ne peux pas t’en servir. Tu ne peux pas utiliser ta magie, c’est bien compris? Le ton sur lequel il avait dit ces mots laissait savoir qu’il était plus que sérieux. Il ne fallait en aucun cas divulguer ce secret. C’était motus et bouche cousue.

12 janvier 2003

Papa? Le mot était sorti faiblement et Link s’était figé. Si faiblement qu’il n’était même pas certain que son père l’ait entendu. Comment aurait-il pu parler plus fort avec le nœud qui venait tout juste de se créer dans sa gorge? Ses mains tremblaient et il était incapable de les contrôler. Sa bouche s’était ouverte et on pourrait presque croire que sa mâchoire allait décrocher. Link? Le paternel semblait aussi surpris de croiser son fils. Qu’est-ce que tu fais ici? Son père osait lui poser des question? Alors qu’il venait de jeter un sort à ce pauvre homme? Vraiment?  Je peux te retourner la question. Et là, c’était la guerre du j’ai posé la question en premier. Je reviens tout juste de chez Josh. Répondit-il froidement, toujours incrédule face à la scène qu’il venait de voir. Viens tu réellement de lancer un Sectumsempra à cet homme? Certes, Link n’était pas l’étudiant le plus discipliné ou même le plus attentif lors des cours, mais il avait lu les manuels et connaissait ce sort. Et puis, il avait lu les livres. Il connaissait ce sort. Il en connaissait les conséquences. Et là, devant lui, se trouvait un corps coupé au niveau du cou, gisant dans une marre de sang. Ce fut au tour de la lèvre de Link de trembler. Écoute fiston. Dit l’homme en s’approchant de son fils. Ne me touche pas. Ordonna-t-il à son père. Il l’avait mérité. Mais ça, Link refusait d’y croire. Impossible. Personne ne mérite un tel sort. Et c’est à cet instant, en ayant les yeux rivés sur le corps immobile, qu’il comprit que sa condition était à double tranchant. Il y avait les bons et les méchants. Il ne semblait pas y avoir d’entre-deux, de zone grise comme dans le monde des moldus, ce monde dans lequel il aurait préféré grandir, ou il n’aurait pas eu à se soucier de la magie, de devoir définitivement trancher s’il était du côté du bien ou celui du mal. Tu ne comprends pas Link. Il secoua la tête. Non, je ne comprends pas. Je croyais que tu étais du côté du bien. Tu vois, j’amais je n’aurais pensé qu’un jour, je verrais mon père, MON PÈRE, tuer un homme. Il passa une main dans ses cheveux et soupira. Link, écoute. Ce fut au tour de son soupirer. Non, c’est terminé papa. À partir ce maintenant, je ne veux plus que tu m’adresses la parole. Je ne suis plus ton fils. Sur ces mots, il tourna les talons, faisant dos à son père, un sorcier qui maintenant le dégoutait. Dire qu’à une époque, il lui vouait une admiration sans faille. Il semblait, alors qu’il empruntait le chemin qui le mènerait à la maison, que cette époque était révolue.

28 novembre 2005

Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Une vague de douleur envahi son être tout entier. Qu’est-ce qui… Il n’eut même pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Il vit des griffes prendre la place de ses ongles. Il devait s’éloigner du peu de gens qui déambulaient dans la rue à cette heure. Il le sentait, ce feu au fond de lui, ça le brûlait. Comme si, toutes ces années, il avait accumulé de la rage, de la haine, et qu’elle voulait soudainement jaillir à la surface. Il allait devenir dangereux. C’était prévisible. Il couru aussi vite qu’il le put et se réfugia dans un petit boisé. Il eut à peine le temps de lever les yeux aux ciels pour apercevoir la pleine lune, brillante dans toute sa splendeur au dessus de lui. Non, ce n’était pas possible. Il ne pouvait pas… Il n’avait pas été mordu. Comment? Tant de questions se bousculaient dans sa tête tandis que son corps se déformait douloureusement. C’était sans doute comme le sexe, la première fois était douloureuse, après, le corps s’habitue? Du moins, c’était ce qu’il espérait parce qu’il ne supporterait pas cette torture à vie. Quelques minutes après que la douleur soit apparue, elle disparue comme elle était venue. Link n’eut pas besoin de baisser les yeux pour remarquer que son visage était près du sol… Enfin, pouvait-on dire que c’était son visage? On devait sans doute parler de gueule maintenant. Comme si ça avait toujours été une seconde nature, il lâche un hurlement à la lune digne des plus grands films de Hollywood. Un truc plus vrai que nature, à vous glacer le sang. Sans doute sa plainte avait-elle raisonné dans la ville? Aux nouvelles demain, on allait surement entendre parler de loups qui rôderaient aux alentours de Londres. Non, il ne fallait pas. Reprenant son calme, inspirant tranquillement, Link tenta de s’éclaircir les idées. Il était devenu loup. Il n’avait pourtant jamais été mordu. Il en aurait sans doute eu souvenir… à moins que… Oui, il y avait eu ce weekend ou James, sa mère et lui étaient allés campés. Un loup l’avait griffé. Ce n’était qu’une blessure mineure, superficielle. Il n’en portait d’ailleurs même plus la trace. Et pourtant, si ls blessure physique n’était pas présente, il en restait tout de même quelque chsoe, il faut croire. Il tenta de revisiter les quelques livres qu’il avait lu sur le sujet, mais sur le coup, rien ne lui revint en mémoire. Rien pour apaiser ses craintes, pour calmer ses angoisses. Il était prisonnier d’un corps de loup pour les heures qui allaient suivre et il était plus que jamais incertain de ce que la vie lui réservait. Après tout, il avait eu bien des surprises.

13 septembre 2013

Link?! La voix de sa mère résonna dans le combiné. Tu regardes les nouvelles? Automatiquement, il s’empara de la télécommande et alluma la télévision avant de le mettre au poste des nouvelles. La magie existe. Le titre parlait de lui-même. Je viens de voir. Il poussa un soupire avant de sortir de son appartement, histoire de récupérer son journal. Les sorciers parmi nous. Les titres relataient tous la même nouvelle. Le secret qu’ils avaient tant bien que mal tenté de cacher à la population du monde entier était désormais révélé. Quelqu’un avait partagé l’information malgré les ordres et voilà maintenant que sa vie, que leurs vies à tous et chacun étaient menacées. Link? Il laissa tomber le journal et s’assied sur le divan, prenant sa tête dans ses mains. Qu’est-ce qui va m’arriver maintenant? Un énième soupire passa ses lèvres. Sa vie était bâtie sur un tissu de mensonges et voilà qu’il avait la possibilité de dire la vérité? Mais le voulait-il vraiment? Non. Sa vie, telle qu’elle était maintenant, lui plaisait. Étrangement, il se complaisait à vivre dans l’anonymité, à faire semblant d’être aussi normal que possible. Tu peux toujours dire la vérité à tous ceux qui t’entourent? Non, ce n’était même pas une option. Maman, mes collègues de travail croient tous que je suis comme eux. Ils pensent que quand je ne peux pas sortir avec eux, c’est pour aller voir ma copine, qui est soit dit en passant inexistante. Et puis, les membres de mon équipe ont confiance en moi. Je ne peux pas tout risquer! Et puis tu as surement entendu les réactions? Certains refusent de voir la magie, d’autres pensent que c’est le mal. Je ne peux pas me permettre de me dévoiler. Que vont-ils faire si je leur dit que je suis sorcier et qu’ils ne l’acceptent pas? Ils vont sans doute vouloir me lapider, me tuer ou je ne sais quoi. Je me suis toujours fait un devoir de ne pas utiliser ma magie et j’ai réussi jusque-là. Il faut que ça reste ainsi. Il en avait plus qu’assez de cette vie. Il voulait revenir en arrière, souhaitait ne pas être né… ou du moins être né dans une famille normale. Il ne voulait pas de la magie. Déjà qu’il avait passé la majorité de sa scolarité à ne pas écouter dans les cours, au plus grand damn de ses professeurs, eux qui devaient toujours le ramener à l’ordre. Il était sans doute le pire élève qu’Hogwarts ait jamais connu. Tout va s’arranger. Répondit sa mère. Dans le ton de sa voix, il pouvait presque l’entendre sourire. Qu’aurait-il fait sans elle? Il ne voulait même pas y penser. Maman? Merci. Il ferma la télévision, ayant assez vu d’image de sorcellerie, de témoignages pour aujourd’hui. Tu sais bien que je serai toujours là pour toi. Il rit et hocha la tête. Comme si elle pouvait le voir. Je sais. Je t’aime. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle était la seule constante dans sa vie. Sans elle, il serait sans doute perdu. Je t’aime aussi. Et sur ce, il raccrocha, tentant d’occuper son esprit à autre chose. Il ne voulait plus entendre parler de Voldemort ou d’Harry Potter. Dire qu’à une époque, ça l’avait fasciné. Ce temps était révolu.

06 décembre 2014

Une autre pleine lune. C’était devenu récurant depuis la première transformation. Link se consollait en se diant qu’il pouvait au moins prédire lors nuits ou il se transformerait. Certains n’avaient pas cette chance. Jusqu’à présent, ça ne s’était limité qu’aux soirs de pleine lune. Oui, c’était sans aucun doute stéréotypé, très même, mais c’était la réalité à laquelle il devait faire face, aussi loufoque soit-elle. Non seulemen était-il un sorcier, mais il était un loup-garou. Pouvait-il y avoir pire combinaison? Sans doute, mais celle-ci se retrouvait certainement dans le top 10. La journée de travail terminée, Link se dirigea directement vers le Burnham Beeches. Il y attendrait le coucher du soleil, attendrait que son destin ne frappe à nouveau. C’était presqu’un supplice. En fait, pour lui s’en était un. Salut les mecs. Lança-t-il avant de pousser la porte du poste de police. Encore une fois, il avait du refuser une invitation à sortir. Certains croyaient que la raison de ses refus continuels était qu’il avait une copine. S’ils savaient à quel point ils étaient loin du compte. De toute façon, jusqu’à aujourd’hui, il n’y avait eu réellement qu’une femme dans sa vie et c’était sa mère. Fils à maman, direz-vous sans doute. Vous avez raison. Pour lui, sa mère est la personne la plus formidable qui existe. Personne ne l’égale. Et puis, il faut dire que c’est la seule personne – encore vivante, soyons clairs – à ne lui avoir jamais menti. La seule personne à avoir toujours été honnête, même lorsqu’elle savait que ça le blesserait et ça, il lui en serait éternellement reconnaissant. Enfin, pour revenir au sujet qui nous passionne, soit la vie triviale de Link au poste, personne ne le soupçonnait d’être un sorcier et tous étaient à des millénaires de pouvoir même imaginer qu’en plus de posséder des pouvoirs magiques simples comme la capacité à jeter des sorts, il se changeait, à la nuit tombée, en loup. Personne ne le savait, du moins, pas encore. Ça lui convenait parce que pour une fois, il menait vraiment la vie qu’il voulait. Personne pour lui imposer une vie qu’il n’a pas choisi. Il était venu à déterminer lui-même ce qu’il voulait ou non montrer à la face du monde. Et puis, voyant la façon dont les sorciers agissaient depuis la révélation, il préférait se tenir le plus loin possible d’eux, ne pas être affilié à Voldemort ou encore au Ministère de la Magie, même s’ils prétendaient vouloir redorer la réputation des magiciens. Des foutaises. Les années qui avait suivi cette nuit, la fameuse nuit ou il avait décidé de renier une partie de lui-même, n’avaient fait que renforcer sa décision. Jamais personne ne devait savoir qu’il était sorcier ou lycanthrope. C’était son ultime secret, celui qu’il emporterait dans sa tombe. Sauf qu’en ce soir de pleine lune, il y avait quelque chose qu’il n’avait pas prévu. S’il croyait se rendre dans cette forêt, se transformer, y errer toute la nuit pour finalement rentrer à la maison le jour venu, ses plans furent contrecarrés lorsqu’une silouhette, éclairée par la lune, se dessina dans la pénombre. Jamais encore il n’avait rencontré d’autres humains lorsqu’il était sous sa forme animale. Jamais il n’avait eu à affronter cette peur, ce rush d’adrénaline qui envahi tout son corps au moment ou ses yeux se posèrent sur elle. Pris au dépourvu lorsque la femme, parce qu’il réalisa assez tôt que c’était une femme, il leva la patte prêt à se défendre s’il se sentait menacé. Que puovait-il faire d’autre? Ou pouvait-il aller s’il décidait de se sauver? Au moment ou plusieurs auraient attaqué, laissé leur griffes faire le boulot, le regard de Link croisa celui de la jeune femme. Il ne pouvait pas. Il était impossible pour lui de tuer. Ce n’était pas dans sa nature. Il n’avait eu à le faire qu’une seule fois dans l’exercice de ses fonctions et cet événement le hantait encore. Chaque nuit il en rêvait. Il ne pouvait pas se permettre un autre crime, il ne le supporterait pas. Une autre vague de panique le submergea et il s’enfui loin de la jeune femme. La lune commençait déjà sa descente. Il ne fallait pas qu’elle le voit. En aucun cas elle ne devait connaitre son identité, voir son visage. Personne ne devait savoir qui il était. Dans la pire situation, elle aviserait sans doute les autorités qu’un loup avait été apperçu et on partirait à la chasse de cet animal. Il lui fallait, de toute façon, trouver un autre endroit ou se cacher si on venait à le découvrir un jour. Il devait trouver d’autres options. Des gens se promenaient ici en plein milieu de la nuit. Sa sécurité était maintenant compromise,  mais il ne pouvait pas quitter la ville, pas tant qu’il n’en saurait pas plus sur cette femme. Pas tant qu’il n’était pas certain qu’elle ne divulguerait jamais son secret. Si, quelques minutes plus tôt, il aurait espéré ne plus jamais croiser son chemin, voilà qu’il avait maintenant le désir de la retrouver pour jauger sa réaction face à ce qu’elle venait de voir.



salut, moi c'est vulture !


Dernière édition par Link A. Ward le Jeu 28 Mai - 19:46, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t316-link-x-i-m-no-hero-newer
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans

PROFESSION : policier

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 19/05/2015

HIBOUX : 16






Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mar 19 Mai - 23:38
(1) on ne sait jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t352-skye-a-link-between-worlds http://cut-the-rope.forumactif.org/t314-skye-not-afraid-of-me-yo
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans

PROFESSION : Brigadière de la police magique.

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 19/05/2015

HIBOUX : 68






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : sorcier de sang mêlé

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mar 19 Mai - 23:42
Je me sens tout à fait obliger de venir te re-souhaiter la bienvenue, et surtout d'être la première à le faire, ça va de soi !

J'ai hâte de voir ce que tu vas écrire pour ce personnage en tous cas, tu t'en doutes bien !





« Why are you smiling ? »
« You dig me. »
Je préfère avoir des yeux qui ne voient pas, des oreilles qui n'entendent pas, des lèvres qui ne peuvent pas parler, qu'un cœur qui ne peut pas aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t87-lux-the-robot-unicorn http://cut-the-rope.forumactif.org/t29-lux-et-toi-t-aimes-les-li
JOKER
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans

PROFESSION : doctorante & pianiste

INFLUENCE : 26

ARRIVEE : 01/02/2015

HIBOUX : 1904






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : moldu

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mer 20 Mai - 9:21
Re-bienvenue à la maison
J'ai aussi hâte de voir ce que tu vas faire du coup, même si à mon avis, ça ne peut qu'être grandiose te connaissant



Si ça fait si mal de se séparer, c'est parce que nos âmes sont liées. Peut-être qu'elles l'ont toujours été et le seront toujours. Peut-être que nous avons vécu mille vies avant celle-ci et que dans chacune d'elles nous nous sommes trouvés. Et peut-être que chaque fois nous avons été séparés pour les mêmes raisons. Ça veut dire que cet adieu est à la fois un adieu pour les dix mille ans passés et un prélude à ce qui va venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t176-look-i-perrrfectly-fit-i
REFRACTAIRE
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 20

PROFESSION : stagiaire conservateur au British Museum

INFLUENCE : 32

ARRIVEE : 23/04/2015

HIBOUX : 238






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : moldu

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mer 20 Mai - 10:05
re-bienvenue Eythan, je vois que tu as finalement cédé à la tentation

très bien


+I hide in boxes 'cause that's how I roll+
run boy run ! this world is not made for you | run boy run ! they're trying to catch you Δ

My second name is Euphemia, you can call me Effie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t106-sixt-can-you-dance-like-a-hipogriff http://cut-the-rope.forumactif.org/t94-draco-malfoy-is-what-sixt
FUNAMBULE
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 20 ans

PROFESSION : serveuse au chaudron baveur quand elle ne va pas à l'université

INFLUENCE : 8

ARRIVEE : 13/04/2015

HIBOUX : 282






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : wizzgle né-moldu

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mer 20 Mai - 13:37
Re bienvenue ! Bon courage pour ta fichette I love you


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t228-a-la-recherche-d-un-titre-original-et-unique-rose#2721 http://cut-the-rope.forumactif.org/t224-qui-a-dit-que-tous-les-w
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 yo

PROFESSION : étudiante à l'université magique de Londres

INFLUENCE : 19

ARRIVEE : 30/04/2015

HIBOUX : 720






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : sorcier de sang mêlé

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mer 20 Mai - 13:45
Re - Bienvenue  Je ne connais pas le beau monsieur que tu as choisi en avatar (shameonme), mais ton vava envoie du lourd  En tout cas c'est trop cool de te voir créer ce nouveau perso, j'ai hâte de voir ce que tu nous réserves  Sur ce, bon courage pour la rédaction de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t232-funny-linkyy-phoebe http://cut-the-rope.forumactif.org/t210-phoebe-comment-ca-on-me-
MARIONNETTE
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ans

PROFESSION : Uni-uni-versité! Et accessoirement souffre douleur des mangemorts

INFLUENCE : 7

ARRIVEE : 27/04/2015

HIBOUX : 276






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : sorcier de sang pur

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mer 20 Mai - 14:41
Tu as cédééééééééé! Et t'as eu raison! J'ai hâte comme mes comparses de voir ce que tu vas nous sortir, bonne chance pour ta fiche, ça va envoyer du lourd!



- J'ai pas compris, keski l'arrive dans ma vie -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARIONNETTE
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-trois ans.

INFLUENCE : 2

ARRIVEE : 10/04/2015

HIBOUX : 273






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : sorcier de sang mêlé

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mer 20 Mai - 18:55
re-bienvenue I love you




STARING AT THE SUN.
il existe des horreurs dont on reste hanté. et des bonheurs qui nous marquent à jamais. ©.mad love & mlle a.
absente du 2 au 25 juillet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t316-link-x-i-m-no-hero-newer
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans

PROFESSION : policier

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 19/05/2015

HIBOUX : 16






Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Jeu 21 Mai - 6:53
merci à vous tous j'ai hâte de voir ce que vous allez penser de ce nouveau perso.

et merci lux & rose pour les compliments.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans

PROFESSION : Etudiant à l'Université magique de Londres

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 17/05/2015

HIBOUX : 52






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : sorcier de sang pur

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Jeu 21 Mai - 20:25
Re bienvenue apparemment Puis avec... l'agent Ward

Bon courage pour ta fiche


All monsters are human
Je ne sais pas si moi, je suis la propriété de quelqu'un, et qui est réellement sous la domination de l'autre. Ceci est l’emblème de mes remords...
© Candy Apple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t332-blue-et-je-compterai-les-moutons#4802 http://cut-the-rope.forumactif.org/t317-blue-today-is-the-first-
REFRACTAIRE
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ans

PROFESSION : Employée de vente et d'accueil au cinéma d'Art & D'essais de Londres. Et étudiante en Lettres modernes.

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 19/05/2015

HIBOUX : 163






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : moldu

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Lun 25 Mai - 9:30
Rebienvenue et waouh tu choisis toujours des avatars de folie (certes Eythan était un scéna mais quand même!)



     
     
    Maintenant, les feuilles des arbres étaient grandes et les maisons quittaient leur teinte pâle pour se nuancer d'un vert effacé avant d'acquérir le beige doux de l'été. Le pavé devenait élastique et souple sous les pas et l'air sentait la framboise. Il faisait encore frais mais on devinait le beau temps derrière les fenêtres aux vitres bleuâtres. -L'écume des Jours-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t316-link-x-i-m-no-hero-newer
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans

PROFESSION : policier

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 19/05/2015

HIBOUX : 16






Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Mar 26 Mai - 15:35
noa ; ouais, l'agent ward il a la classe.

merci à vous deux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t87-lux-the-robot-unicorn http://cut-the-rope.forumactif.org/t29-lux-et-toi-t-aimes-les-li
JOKER
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans

PROFESSION : doctorante & pianiste

INFLUENCE : 26

ARRIVEE : 01/02/2015

HIBOUX : 1904






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : moldu

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Jeu 28 Mai - 19:44
. C'est toujours aussi beau et aussi fort, ce que tu écris. Ton personnage n'a pas eu la vie facile, et le fait qu'il retrouve finalement ses véritables parents m'évoquent le bouquin que je suis en train de finir (c'est moins mignon, la femme retrouve son fils qu'on lui avait annoncé mort-né et ils se marient par amour, elle tombe enceinte, évidemment elle n'apprend qu'après cette sordide affaire, bref ). Mais malgré ces difficultés, il n'est pas du tout dans le stéréotype ou le truc qui fait un peu renifler, loin de là. C'est tout l'art d'un bon écrivain et je pense -et je sais- que tu l'as, depuis que j'ai lu tes premiers mots avec Eythan. Le passage sur la toute première transformation est génial, on se croirait au cinéma tant on peut imaginer dans le détail ce qu'il traverse. Non, vraiment, c'est encore un superbe personnage que tu nous fais là et il a, à mon avis, d'énormes possibilités d'évolution. Je vais suivre ça avec attention I love you

Tu connais la maison, tu sais donc que tout est bon   Je t'invite à aller recenser ton avatar ici ainsi que ton métier ici et enfin ta particularité par ici. N'oublie pas également de passer par pour obtenir tes points de compétences. Longue vie à Link le héros, j'ai hâte de le voir porter sa petite tunique toute verte



Si ça fait si mal de se séparer, c'est parce que nos âmes sont liées. Peut-être qu'elles l'ont toujours été et le seront toujours. Peut-être que nous avons vécu mille vies avant celle-ci et que dans chacune d'elles nous nous sommes trouvés. Et peut-être que chaque fois nous avons été séparés pour les mêmes raisons. Ça veut dire que cet adieu est à la fois un adieu pour les dix mille ans passés et un prélude à ce qui va venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cut-the-rope.forumactif.org/t352-skye-a-link-between-worlds http://cut-the-rope.forumactif.org/t314-skye-not-afraid-of-me-yo
ANONYME
avatar
ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans

PROFESSION : Brigadière de la police magique.

INFLUENCE : 0

ARRIVEE : 19/05/2015

HIBOUX : 68






Feuille de personnage
ANECDOTES SUR MA PERSONNE :
MON AVIS SUR LA SITUATION :
ORIGINE : sorcier de sang mêlé

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Ven 29 Mai - 15:56
J'ose poster après Lux ( ), pour quand même pour te dire que j'ai pas raté une miette de ton histoire, et que j'adore, vraiment !
J'ai super hâte qu'on écrive la suite de cette histoire !





« Why are you smiling ? »
« You dig me. »
Je préfère avoir des yeux qui ne voient pas, des oreilles qui n'entendent pas, des lèvres qui ne peuvent pas parler, qu'un cœur qui ne peut pas aimer.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

Re: link × i'm no hero, newer was, never will be

Revenir en haut Aller en bas
 

link × i'm no hero, newer was, never will be

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» maclaren xlr ou redcastel city link
» Q-Link?
» besoin d'infos:coque allongeable et adaptateurs sur chassis
» citylink ou mosaïc
» Quel héros de cinéma es tu ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: GESTION :: Rejoindre l'aventure :: Les sorciers de Londres
-